Plumage
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Apprendre à élever et sélectionner les Poules et Coqs de Race reconnue
 
AccueilRecherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Eleveu11S'enregistrerConnexionFAQRechercherRecherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Charte10
Derniers sujets
» Incubateur manuel -protection des œufs
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Nathalie Z Hier à 23:19

» Et bonjour à tout le monde !
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Hier à 22:33

» Bonjour du Var (83)
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Hier à 21:44

» 22 jours et toujours pas de poussins...
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Hier à 21:40

» Maladie poule sur tête
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar fne Hier à 19:08

» SERAMA??
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar SP@CK Hier à 10:29

» estimer l'age d'une poule?
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Caroo68 Mar 26 Oct 2021 - 22:46

» Coq Faverolle
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Vivette Mar 26 Oct 2021 - 22:02

» Sexage
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Orphée35 Mar 26 Oct 2021 - 19:38

» Fumier de poules
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar cymo89 Mar 26 Oct 2021 - 13:22

» Poule respire fort — Crète "gercée" — Petits points verts autour du bec
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Cécile Lun 25 Oct 2021 - 16:01

» Couveuse Cimuka
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Lun 25 Oct 2021 - 4:50

» élevage hors-saison
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Cécile Dim 24 Oct 2021 - 21:45

» concours photo 2021
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar sardine Dim 24 Oct 2021 - 19:17

» Poussins soie à sexer : besoin d'aide :)
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Xhinoa Sam 23 Oct 2021 - 13:24

» Cream legbar - choix coq ?
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Xhinoa Sam 23 Oct 2021 - 11:15

» Mes brahma hermine de 7 semaine,1 poule,2 coq
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Arco Ven 22 Oct 2021 - 6:58

» Présentation
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Jeu 21 Oct 2021 - 22:26

» Œufs de caille - points noirs
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar sardine Jeu 21 Oct 2021 - 19:03

» Recherche oeuf de brahma
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Arco Jeu 21 Oct 2021 - 18:01

» Mes pigeons sont partis !
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Cécile Jeu 21 Oct 2021 - 13:33

» Autopsie de deux poules atteintes du même mal
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Ferratxals Jeu 21 Oct 2021 - 7:26

» Poule aveugle
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Elsa Mer 20 Oct 2021 - 23:15

» Sexage caneton de barbarie
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar daniel23 Mer 20 Oct 2021 - 6:24

» Elles ne veulent pas rentrer dans le poulailler
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Mar 19 Oct 2021 - 23:10

» Poussins sans maman poule
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar luna Mar 19 Oct 2021 - 20:15

» verrue à la patte
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar luna Mar 19 Oct 2021 - 20:13

» de quoi s'agit il à votre avis ?
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Le Gaulois Mar 19 Oct 2021 - 11:24

» Cherche plumes d'oie (rémiges)
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar daniel23 Mar 19 Oct 2021 - 6:27

» Poules tueuses .....
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Lun 18 Oct 2021 - 21:47

» Poulaillers HPL ou plastique recyclé
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Xhinoa Lun 18 Oct 2021 - 21:44

» vers de farine
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Xhinoa Lun 18 Oct 2021 - 21:36

» concours photo 2020
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Chrysopale Lun 18 Oct 2021 - 13:50

» Engraisser une oie
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Kakuma Lun 18 Oct 2021 - 13:26

» Choix de race de canard
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Punkcanard Dim 17 Oct 2021 - 18:12

» Problème alimentation abris de jardin poules
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Poulet2727 Dim 17 Oct 2021 - 14:56

» Présentation
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Orphée35 Sam 16 Oct 2021 - 17:10

» Quelle race pour ces poussins ?
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Osiris Royal Jeu 14 Oct 2021 - 22:29

» Que cultiver pour les poules?
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar cymo89 Jeu 14 Oct 2021 - 22:01

» Sexage poussin sabelpoot
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimepar Lamarj35 Jeu 14 Oct 2021 - 8:14

Le Deal du moment :
Où trouver My Hero Academia Tome 31 collector ...
Voir le deal
13.50 €

 

 Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet

Aller en bas 
4 participants
AuteurMessage
Cécile
Oeuf d'argent
Oeuf d'argent
Cécile


Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Empty
MessageSujet: Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet   Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimeJeu 16 Sep 2021 - 14:54

Quand on fait de l’élevage, il arrive qu’on ait besoin de tuer un poulet, soit qu’on veuille le manger, soit pour soulager ses souffrances. Pour beaucoup d’entre nous, c’est un moment difficile. J’ai fait des recherches sur la moins mauvaise solution pour tuer un poulet chez soi, et j’ai trouvé que l’information manquait cruellement en France. Le tabou n'aide pas, et même les personnes expérimentées ont des idées pas forcément fondées... Je précise d'emblée que mon expérience pratique est très réduite, et que ce que je partage ici est basé sur mes recherches sur le net. Mon propos ici n'est en aucun cas de juger quiconque par rapport aux méthodes qu'il emploie, je ne doute pas que chacun fait de son mieux et je sais qu'il est psychologiquement très difficile de remettre en cause une méthode longuement pratiquée, surtout sur un sujet délicat comme celui-ci. Je déplore simplement qu'il soit si difficile d'accéder à des informations fiables sur les meilleures pratiques, et de s'y former si on le souhaite.


Déjà, quelles sont les alternatives à tuer soi-même son poulet ?

1) Si vous ne comptez pas manger la viande, vous pouvez faire euthanasier un oiseau chez le vétérinaire. L’avantage, c’est qu’il aura une mort douce de manière fiable, et sans action directe de votre part. Les inconvénients sont, outre le coût financier (consultation + euthanasie), que la chair est pleine de barbituriques et ne peut plus être mangée : elle est polluée et sortie du cycle de la vie. Un autre inconvénient de l’euthanasie, bien sûr, c’est qu’il faut attendre le rendez-vous, et si l’oiseau est en grande souffrance, ça peut sembler une éternité.

2) Si c’est pour les manger, certains abattoirs agréés acceptent d’abattre les volailles des particuliers, parfois dès un seul poulet, et peuvent ainsi vous dispenser de cette tâche. L'avantage est que, normalement, vos poulets seront étourdis avant d'être mis à mort. C'est néanmoins à vérifier au cas par cas, certains pratiquant aussi ou uniquement l'abattage rituel. L'inconvénient est que vos poulets passeront entre d'autres mains sans que vous ne puissiez surveiller ce qui leur arrive réellement. Ils subiront a minima le stress du transport et de lieux et personnes inconnus, et souvent une longue attente (parfois dans la chaleur sans pouvoir boire), etc. Si vous choisissez cette option, je vous conseille de vous renseigner sur la méthode d’étourdissement qui sera employée, la plus fréquente (tremper la tête des volailles dans un bain d’eau électrifié) étant largement critiquée pour les souffrances qu’elle induit (tout en restant largement préférable à un abattage sans étourdissement). Pour connaitre les abattoirs de volailles agréés près de chez vous, vous pouvez télécharger la liste à jour directement sur cette page officielle (en cliquant sur "accès au fichier" de la section II).
Les éleveurs de poulets qui disposent d'une tuerie particulière (installation d'abattage simplement déclarée et non agréée) n'ont, pour leur part, pas le droit d'y tuer vos poulets, et ils ne l'accepteront pas pour des raisons de biosécurité.

3) Le vendre ou le donner. Bien sûr, l’idéal pour un coq surnuméraire est de trouver quelqu’un qui cherche un reproducteur, mais vu qu’un coq suffit pour 4 à 10 poules, ça n’est pas toujours possible. Parenthèse sur mon expérience personnelle : si on brade ou donne un coq, il est nécessaire de sélectionner les acheteurs. Sinon, le coq est souvent destiné à quelqu'un d'autre qui n'a pas été consulté et / ou la personne n'a aucune notion des besoins élémentaires d'une volaille et y est indifférente et / ou elle souhaite pratiquer un abattage rituel (= saignée sans étourdissement préalable).



La suite concerne comment tuer soi-même un poulet.

Dans mes recherches sur le net concernant l’étourdissement et la mise à mort des volailles par un éleveur amateur, je n’ai rien trouvé comme « conseils de bonnes pratiques » qui soit destiné spécifiquement aux éleveurs amateurs : la proportion de volailles tuées par les particuliers est bien trop dérisoire comparée aux volailles tuées par des pros. Ainsi, le règlement européen n°1099/2009 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort dit explicitement :
« L’abattage de volailles, de lapins et de lièvres à des fins de consommation domestique privée ne se déroule pas à une échelle susceptible de nuire à la compétitivité des abattoirs commerciaux. De même, les efforts qui seraient requis des autorités publiques pour repérer et contrôler ces opérations ne seraient pas proportionnés aux éventuels problèmes à résoudre. Il convient donc d’exclure ces opérations du champ d’application du présent règlement. »

Pour la suite, je m’appuie principalement sur les recommandations de l’association britannique HSA (Humane Slaughtering Association = Association pour un Abattage de façon Humaine) et de son guide en ligne « Practical Slaughter of Poultry » (abattage pratique des volailles), car leurs avis sont fondés sur des travaux de recherche, que ce guide est le plus détaillé, et le seul que j'ai trouvé à ne pas viser que les professionnels. Il est aussi largement illustré. Si vous savez lire l’anglais, vous y trouverez bien d’autres éléments que je n’ai pas inclus ici (sur la manipulation des volailles, l’immobilisation, etc). Je m’appuie aussi sur divers travaux de recherche anglophones publiés notamment sur researchgate.net (par exemple cette publication) et de multiples guides de bonnes pratiques de divers pays. La plupart se positionnent dans le cadre du règlement européen précité, indiquant bien qu’ils s’adressent a priori à des professionnels. La HSA se place en plus dans le cadre de la réglementation britannique.

La HSA ne recommande que 2 méthodes d'étourdissement / abattage "à la ferme" (la ferme pouvant élever plusieurs dizaines de milliers de poulets) : la percussion par pistolet automatique et l'électronarcose.

J’ai trouvé un seul pistolet à projectile captif non-perforant pour les volailles à vendre en France, c’est le Blitz Schlag (notice en français), fabriqué en Allemagne, qui coûte entre 216 et 237TTC + cartouches (pour un achat en France, s'adresser à schippers.fr). il projette un boulon à 70 km/h sur 1 cm environ, pour assommer de manière fiable même de grosses dindes. Il est livré avec une tête convexe, qui est plus adaptée aux grosses volailles. C'est un premier prix, car le Cash Poultry Killer, qui fait référence et est livré avec une tête plate pour les poulets et petites volailles et une tête convexe pour les grosses volailles, est plutôt dans les 900 à 1000 € (le Blitz Schlag est aussi plus bruyant, mais néanmoins efficace). Ces équipements nécessitent formation, entretien rigoureux (il faut les démonter, nettoyer, inspecter et lubrifier après chaque jour d'utilisation) et règles de sécurité strictes : ils fonctionnent avec des cartouches à blanc (ce qui ne veut pas dire inoffensives), et même s'ils sont en vente libre (ils ne sont pas soumis à déclaration ni considérés comme armes), ils visent plutôt un public professionnel.

Les équipements d'électronarcose semblent plus adaptés à un public non averti : il y a bien sûr des règles de sécurité de bon sens à respecter (porter bottes, gants et tabliers isolants, par exemple en caoutchouc, ne pas porter de bijoux, ne pas toucher les électrodes en fonctionnement), mais la maintenance se résume à garder les électrodes bien propres (et à les changer si elles sont oxydées). L'intensité recommandée pour un poulet est 300 à 400 mA. L'application doit durer au minimum 7 secondes et jusqu'à ce que les battements d'ailes cessent. Le premier prix que j'ai trouvé coûte neuf 515 € (+ accessoires isolants), mais on en trouve assez facilement d'occasion (en surveillant que les électrodes ne sont pas oxydées). Il est fabriqué en France. A noter qu'il ne convient pas pour les dindes, qui sont trop grosses. En fait pour toutes les volailles plus grosses que des poulets (canards, oies...), la percussion automatique présentée ci-dessus est préférable, car le courant électrique risque d'être insuffisant (sources : le guide de la HSA et cette publication). A noter que je n'ai pas testé le modèle VE Memory (premier prix présenté ci-dessus), mais je m'étonne que les voyants permettant de surveiller le processus s'arrêtent à 180 mA alors que la valeur minimum à atteindre selon le règlement européen est 240 mA pour les poulets. Ca laisse craindre que sa puissance soit trop fréquemment insuffisante... D'autres matériels (indiqué par la HSA) plus chers (545 £) sont probablement plus recommandables.

Pour être efficace, le courant doit traverser le cerveau, et je veux donc signaler 2 points essentiels pour ne pas se tromper lors de son utilisation, car certaines sources peuvent induire en erreur :
1) les électrodes doivent être placées de part et d'autre du cerveau, entre les yeux et les oreilles, et surtout pas de part et d'autre du cou : ceci conduirait à paralyser l'oiseau, sans l'insensibiliser.
2) S'il peut être utile d'humidifier les tempes pour faciliter le contact électrique, il faut prendre garde à ne pas créer un trajet mouillé d'un côté à l'autre de la tête, car ça créerait un chemin alternatif pour l'électricité qui de ce fait ne traverserait pas le cerveau.

Ces 2 équipements sont présentés (en anglais) plus en détail, notamment avec les signes d'inconscience à vérifier, dans le guide précité de la HSA.

Quand on n’a pas accès à ces équipements recommandés, par exemple parce qu'on n'élève pas des lots de poulets de chair régulièrement mais qu'on n'a qu'un ou quelques poulets à tuer ponctuellement, les seules autres méthodes acceptables selon la HSA sont la dislocation du cou et l’étourdissement par un coup sur la tête.

Au Royaume-Uni, la législation interdit le coup sur la tête pour l’abattage (= tuer pour manger), il n’est utilisable qu’en cas d’urgence (= pour achever un animal qui souffre). Pour l’abattage d’un tout petit nombre de volailles, c’est donc la dislocation du cou qui est suggérée. Oralement, c'est néanmoins le coup sur la tête qui semble légèrement et subjectivement préférable.

Dans la législation suisse, le coup sur la tête est accepté pour l’étourdissement des oiseaux devant être euthanasiés, mais pas la dislocation du cou (elle peut être employée pour tuer, mais après étourdissement préalable).
Dans l’inventaire des « conseils de bonne pratiques » établi pour la commission européenne en 2017, ces 2 méthodes sont considérées comme « acceptables ».
Dans ce document, les données laissent penser que le coup sur la tête permet une insensibilisation plus rapide, et la dislocation du cou une mort définitive plus rapide.


Voyons plus en détail ces 2 méthodes, qui ont l'avantage de ne pas nécessiter de matériel spécifique.
Dans tous les cas, selon la HSA, la tâche doit être abordée avec confiance, patience et calme. Si vous ne vous sentez pas capable de vous en charger, ne tentez rien.


Le coup sur la tête :

Le principe n’est pas de provoquer un écrasement mais, comme le pistolet automatique, une commotion cérébrale (le cerveau cogne contre l’intérieur de la boite crânienne parce qu’elle subit une accélération forte et soudaine), donc la tête ne doit pas être soutenue par un billot ou autre, mais au contraire laissée libre (quoique les sources se contredisent sur ce point).
L’inventaire des bonnes pratiques réalisé pour la Commission Européenne et cité plus haut a montré que cette méthode suscitait des avis très divergents, certains la considérant comme une bonne pratique pour un tout petit nombre d’oiseaux grâce à l’étourdissement immédiat qu’elle permet, d’autres comme inacceptable à cause du risque de raté.
Lorsque la personne est entrainée et le matériel approprié, la méthode est néanmoins efficace. Une étude l’a montré, avec le protocole suivant : ils ont utilisé une barre de métal ronde de 40 cm et 290 g pour les coqs de chair (3,8 à 4,4 kg), et une barre de bois de 32 cm et 90 g pour les poulets de chair (entre 800 g et 1,9 kg). La force utilisée était celle nécessaire pour enfoncer un clou dans un morceau de bois en un seul coup pour les coqs adultes, et légèrement moins fort pour les poulets. La méthode a également permis de rendre immédiatement inconscientes des dindes pesant jusqu’à presque 16 kg, en utilisant un chevron (bois équarri) de 50 cm et 250 g.
Pour cette étude, les coqs et poulets en question étaient enveloppés dans une serviette de toilette en coton pour éviter les battements d’aile (= immobilisation), et les dindes dans une couverture. La tête était laissée en dehors de la serviette ou de la couverture, sans autre immobilisation.

Dans la législation suisse sur l’euthanasie des oiseaux, il est indiqué : « un coup ciblé et suffisamment puissant sur le dessus de la tête peut être utilisé pour étourdir les volailles jusqu’à 10 kg, les pigeons et les cailles. Le coup doit être porté avec un objet dur, non tranchant, lourd et adapté à la taille de l’animal. »
Selon la HSA, le coup doit atteindre le point le plus haut de la tête, et être dirigé verticalement vers le bas (lorsque la tête est en position normale). Il doit être prévu de pouvoir le répéter rapidement si nécessaire, mais tout l’enjeu de cette méthode est évidemment de réussir du premier coup : « Il n’est pas facile d’étourdir efficacement une volaille avec un coup manuel sur le crâne (ie avec un gros bâton), et ça nécessite un engagement total pour détruire le cerveau en un seul coup rapide. S’il n’est pas appliqué précisément et avec suffisamment de force, il causera un stress et une souffrance extrêmes. »
Il est donc important pour cette méthode d'oublier un instant sa sensibilité pour penser à ce qui est le mieux pour l'oiseau, à savoir un étourdissement instantané. C'est ce qui peut être le plus difficile pour certains.

Le règlement européen précédemment cité, quant à lui, limite l’usage du coup sur la tête aux volailles jusqu’à 5 kg (la Suisse ne fait pas partie de l’Union Européenne, d’où la limite de poids différente), et à 70 volailles par personne et par jour.
Je n’ai trouvé aucune vidéo de cette pratique, ni de tutoriel plus détaillé, notamment sur comment tenir la volaille. Une source indique qu’il est possible pour une personne de tenir l’oiseau sous le bras gauche, par exemple en tenant ses ailes, et de l’étourdir par un coup sur la tête avec le bras droit. Une autre parlait de la tenir par les pattes, tête en bas. L’étude citée plus haut ne donnait pas de détail sur ce point. Mon interlocuteur à la HSA m'a indiqué oralement qu'il était possible de porter un coup sur la tête d'un poulet placé dans un cône, en s'assurant qu'il ne pouvait pas remonter sa tête dans le cône.
Concernant l'outil à utiliser, il faut bien sûr éviter un marteau car même s'il est lourd, dur et non tranchant, le risque de manquer la cible est plus élevé. Un bâton, par sa surface d'impact allongée, est plus adapté.


Bien que le coup sur la tête entraine généralement la mort, une technique de mise à mort (dislocation du cou ou saignée) doit être réalisée le plus vite possible après le coup, et en tous cas dans les 10 à 15 secondes pour éviter que l'oiseau ne reprenne conscience.

Dans l’intervalle, il faut absolument vérifier les signes d'inconscience, qui sont :
- absence de respiration rythmique
- si on touche la cornée de l'oeil, et que la volaille ne ferme pas sa paupière, c'est un signe fiable qu'elle est insensible.
- la pupille dilatée, qui ne se rétracte pas à la lumière, est un signe de mort cérébrale.

Ensuite, la technique de mise à mort la plus courante est la saignée. Pour une saignée la plus rapide et efficace possible (à la fois pour éviter que l’oiseau ne reprenne conscience, et parce que le sang dans la viande est facteur de bactéries), l’important est de bien sectionner les 2 artères carotides, qui amènent le sang au cerveau. Dans l’idéal, il faut couper aussi les 2 veines jugulaires qui ramènent le sang vers le coeur. Ne sectionner qu'une seule artère (ou pire, aucune) conduirait à une mort plus lente. La HSA a traduit en français une affiche qui explique clairement comment faire une saignée, elle est téléchargeable gratuitement en cliquant sur "télécharger au format pdf" (attention, images pouvant fortement heurter, mais c'est un document précieux car très clair).

La lame du couteau utilisé doit être parfaitement aiguisée, et au moins 2 fois plus longue que la largeur du cou, pour couper le devant et les côtés en un seul mouvement ininterrompu, sans avoir besoin d’en utiliser la pointe. L’entaille doit être assez large et profonde pour couper les 2 artères et les 2 veines en un seul mouvement.
Bien entendu, tous ces conseils sur la saignée sont a fortiori valables si vous n’avez pas étourdi la volaille avant.
Etre certain de la mort avant de passer à la suite (laisser saigner au moins 2 à 3 minutes).



La dislocation du cou :

Il est préférable pour un poulet de le tuer par une dislocation du cou que le saigner ou décapiter pleinement conscient, la HSA est claire là-dessus.
La dislocation cervicale (tuto en français) consiste à étirer le cou au maximum puis à basculer sèchement la tête en arrière, en un seul mouvement rapide, sans rotation ni à gauche ni à droite. On procède en prenant la tête entre deux doigts par le dessus, de manière à ne pas entraver le système respiratoire de l'oiseau, et en conservant une position du corps verticale. Ce geste va à la fois rompre la moelle épinière au niveau de la première vertèbre (= séparer le crâne du cou), mais aussi les 2 artères carotides (effet similaire à la saignée, qui prive le cerveau de sang et provoque la mort) et idéalement endommager par arrachement le tronc cérébral, ce qui provoque l’étourdissement. Une fois la manœuvre faite, on doit sentir clairement à travers la peau un espace mou de 2 ou 3 cm (où il n’y a que la peau, séparant la colonne vertébrale du crâne).
Il est important de rompre la moelle épinière au niveau de la première vertèbre (il faut donc placer ses doigts juste derrière le crâne) et pas plus bas, car les nerfs du cou et du crâne s’implantent au niveau de la 2ème vertèbre.
Cette méthode, une fois maitrisée, tue à coup sûr. S’il y a urgence à abréger des souffrances, la dislocation du cou est une méthode appliquable instantanément, sans aucun matériel, à condition de bien maitriser la technique. La HSA conseille donc de profiter d’une mort naturelle pour s’entrainer à pratiquer le geste.
Comme le coup sur la tête, cette méthode est limitée par le règlement européen à 70 volailles par personne et par jour (si si, ce chiffre peut être limitant dans certains élevages...).
Elle est également réservée à des oiseaux pas trop gros (3 kg maximum à la main, et 5 kg avec un accessoire, selon le règlement européen), car sinon ça peut nécessiter pas mal de force physique. Au-delà, il est possible de s'aider d'un gros bâton type manche d’outil (lien en anglais).
Enfin, de nombreuses études concordantes ont montré que la dislocation du cou manuelle est préférable à la dislocation du cou avec une pince prévue pour, même si elles se prétendent « humaines » (elles ne le sont pas, car elles écrasent le cou au lieu de le disloquer, et les poulets meurent très lentement d'asphyxie).
Si vous préférez néanmoins utiliser un accessoire, la HSA a financé la mise au point d’un petit objet appelé le Livetec Nex qui aide simplement à réaliser correctement une dislocation du cou manuelle. C’est un morceau de plastique à la forme étudiée qui se place entre les 2 doigts. Pour les personnes déjà expérimentées, il n’a pas forcément de valeur ajoutée, mais il peut aider les débutants (sans les dispenser d’apprendre préalablement le geste sur des volailles déjà mortes). Son intérêt réside dans l’avancée très rigide qui vient à l’enfourchure des 2 doigts, là où une main nue est molle. Il favorise la dislocation au bon endroit, entre la première et la deuxième vertèbre. Actuellement, le commander sur le site du fabricant revient tout compris à 80 € et la livraison prend plusieurs semaines, mais des achats groupés feraient largement baisser le prix.
Après la dislocation du cou, la volaille saine non saignée peut être consommée de suite, mais pas être conservée ni congelée, puisque le sang est très favorable au développement bactérien. Il est également possible de la saigner de suite après.
Cette méthode est souvent choisie pour tuer un lot d'oiseaux malades : Elle évite toute effusion de sang risquant de répandre l'agent pathogène, permet d'enchainer rapidement, avec la certitude que chaque oiseau est bien mort rapidement, sans risque de raté.


En résumé, 2 méthodes au choix pour tuer un poulet en l'absence d'équipement dédié :
- coup sur la tête + vérifier l'inconscience + mise à mort dans les 10 à 15 secondes (par saignée ou dislocation du cou). Inconvénient : fiable seulement si réalisé parfaitement, risque de grandes souffrances en cas d'échec de la première tentative. Avantage : si bien effectué, étourdissement instantané.
- dislocation du cou (+ saignée éventuelle si c'est pour le manger). Inconvénient : il faut d'abord se former à la technique, et l'étourdissement n'est pas toujours instantané. Avantage : tue à coup sûr, la perte de sensibilité est plus rapide qu'avec la décapitation, réalisable sans aucun matériel.




Et les autres méthodes ?

Décapiter et saigner un oiseau non étourdi n’apparaissent pas dans les guides de bonnes pratiques destinés aux professionnels. Souvent, pour une euthanasie en milieu professionnel, la perte de sang veut être évitée, mais ça n'est pas la seule raison. La HSA exclut explicitement la décapitation sans étourdissement préalable, car l’activité cérébrale de la tête décapitée continue entre 12 et 30 secondes.
La HSA précise que décapiter par un coup de hache est différent de décapiter accidentellement un oiseau lors d'une dislocation du cou : Dans ce dernier cas, ça n'est pas grave, car les dommages par étirement / arrachement à la base du cerveau et de la moelle épinière (tronc cérébral) vont plus probablement provoquer une rapide perte de conscience.


La pince à tuer (qui pénètre dans le cerveau par l’intérieur de la gorge) est explicitement exclue par la HSA, qui écrit : « Ces instruments ne devraient pas être utilisés car ils ne sont pas efficaces, immédiats, ou humains ».


Les appareils à tige perforante (broche tue-lapin ou pour grosses volailles), censés traverser le crâne pour pénétrer le cerveau, ne sont pas abordés dans le guide de la HSA. Dans toutes mes recherches, je n'ai trouvé ces appareils mentionnés que dans seulement 2 documents : L'un indiquait que le diamètre de la tige devait être de minimum 5 mm pour les poulets, l'autre de minimum 6 mm pour les volailles (ce qui n'est pas le cas des 2 produits en lien). Interrogé sur ces outils, mon interlocuteur de la HSA m'a indiqué que, dans son expérience, ils n'étaient pas efficaces. Leur action repose sur un ressort qui n'est pas fiable et peut mal vieillir et qui, dans tous les cas, est d'une puissance limitée. Lors d'un test par un professionnel sur une dinde de moins de 15 kg (heureusement déjà morte, comme c'était pour un test), un tel appareil a simplement rebondi sur son crâne, alors qu'il était vendu pour des volailles jusqu'à 25 kg. Il a aussi mentionné spontanément que les tiges étaient trop étroites.


Concernant le massage de la carotide pour endormir (méthode rencontrée plusieurs fois sur Youtube) : Il faut savoir que les poules n'ont pas de diaphragme pour protéger leurs poumons, et tête en bas elles ont du mal à respirer car leurs organes appuient dessus, c'est inconfortable pour elles. De ce fait, la HSA conseille de ne pas laisser les volailles tête en bas plus de temps que nécessaire, et pas plus d'une minute avant la mise à mort. Cette recommandation était déjà énoncée par l’EFSA en 2004 et l’OIE en 2014. Les volailles suspendues par les pattes se calment généralement en 12 à 15 secondes, massage de la carotide ou pas. Cette technique de massage de la carotide n’étant employée que par les amateurs, je n’ai trouvé aucune étude dessus, mais je suspecte que ça soit en fait l’inconfort, le manque d’air, ou le sentiment d’impuissance qui « calment » les volailles dans cette méthode, et qu’elles ne sont pas anesthésiées. Peut-être est-ce surtout une manière de se rassurer et de retarder l'instant fatidique, mais il vaut mieux dire au revoir à son poulet tête en haut.


Dernière édition par Cécile le Lun 27 Sep 2021 - 19:36, édité 31 fois

SP@CK, Vivette et Edcha aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Vivette
Oeuf d'argent
Oeuf d'argent
Vivette


Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Empty
MessageSujet: Re: Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet   Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimeJeu 16 Sep 2021 - 18:16

Merci beaucoup  @Cécile pour avoir osé prendre en mains ce poste = Je suis moi même devant ce problème, ayant encore 5 petits coqs ... mais que je n'arrive pas à placer ... ils ont à présent 3 mois1/2 et je sais que je ne peux pas les garder . Et malheureusement je commence à envisager la suite .... et je ne savais pas où trouver les explications que tu viens de nous donner . 

Je viens de télécharger "comment faire une saignée en pdf  " et même si je repousse au plus loin possible cet "avenir" pour mes petits poulets, au moins , je saurai comment mettre un terme à leur vie dans les meimmeurs conditions.


Merci  @Cécile pour tes recherches et la transmission !

Cécile et Ju aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Caroo68
Roi/Reine de la basse cour
Roi/Reine de la basse cour
Caroo68


Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Empty
MessageSujet: Re: Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet   Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimeJeu 16 Sep 2021 - 22:12

Je trouve ca interessant de vouloir mettre en avant la mise a mort d'une poule. Je crois que aujourd'hui beaucoup de gens aimerait parfois aider sans avoir le courage, parce que le plus dur est le courage. Un Amerindien m'a dit un jour " en reconnaissance de ce qu'il a fait pour moi, je lui offre la mort et me lie a lui par le sang pour le remercier." C'etait pour un jeune coq. Le principe de manger par la suite la viande est pour eux, un remerciement, plutot que de le laisser "pourir en terre" , " manger par des vers" ils preferent le manger eux meme dans des conditions plus ou moins noble et l'honorer ainsi.
C'est une facon de pensée, je vous l'accorde.

Chez moi je vois dans le principe que j'ai offert la vie, la nourriture, l'eau, en contrepartie d'oeuf et de plaisir, je ne m'imagine donc pas laisser souffrir l'animal, ca fait mal au coeur.

Chez moi apres plusieurs essaie de la technique, j'endors la poule naturellement, je met la tete sous l'aile et je la berce, ca peut durer quelques minutes, mais celle ci s'endort completement. Je prend un torchon ou tout autre chose qui traine, tout doucement je la pose ( moment delicat pour ne pas la reveiller mais tres facile quand meme) sur une souche d'arbre en la manipulant doucement, le cou etendu, je lui pose le chiffon sur la tete, j'ai un couteau couperet que l'on appel aussi couteau tranchoir et je donne un cou sec, franc, et precis entre la tete et les "epaules", au niveau du cou. Les nerfs reagissent moins, et le cou est fatal si celui ci n'est pas hesitant. La mort est instantanée, la poule etant endormie de base, elle ne s'y attend donc pas, ne se debat pas, et j'ose croire que elle ne se rend compte de rien tellement c'est rapide'.
Bien sur ca demande un peu de temps mais je culpabilise nettement moins aujourd'hui avec cette facon de faire. La poule est apaisé, calme, endormie et la mort est rapide et je pense sans trop de douleur.

Kakuma et Edcha aiment ce message

Revenir en haut Aller en bas
Edcha
Petit Oeuf
Petit Oeuf
Edcha


Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Empty
MessageSujet: Re: Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet   Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitimeMar 21 Sep 2021 - 1:16

Merci pour toutes ces précisions sur les méthodes d'abattage ! indispensable afin d'éviter la souffrance animale.

Vivette aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Empty
MessageSujet: Re: Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet   Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Recherche sur les bonnes pratiques pour tuer un poulet
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Plumage  :: Les services :: Les volailles et les œufs… en cuisine-
Sauter vers: