Navigation


 Vos Articles Animaliers


 Retour au forum

Plumage    

Tout sur l'extrait de pépins de pamplemousse (EPP) pour les poules

Admin | Publié le mar 8 Aoû 2023 - 13:07 | 4622 Vues

Tout le monde connaît l'EPP : l'extrait de pépins de pamplemousse, et l'utilise sans doute, comme moi, en se disant... heum... est-ce que c'est bien efficace ce machin ?  Du coup on met 2 ou 3 gouttes d'un vieux flacon qui traîne au frigo (ou dans une boite), dans le doute... hein... va savoir.


1. Historique et procédés de fabrication

Je suppose que, comme moi, l'histoire du produit vous importe peu, ce que vous voulez savoir, c'est si ça sert à quelque chose.... mais si vraiment ça vous passionne, vous trouverez le topo un peu partout sur le web. Passons donc directement... au chapitre 2.


2. Posologie et caractéristiques :

Voici les informations essentielles :


3. Les qualités réelles et avérées de l'EPP.

Ce qui va nous intéresser le plus, sera de savoir quels sont les effets prouvés de l'Extrait de Pépins de Pamplemousse.


Sur le sujet on peut lire à peu près tout et n'importe quoi, les principales informations étant des sites commercialisant ou faisant la promotion de l'EPP.  Allégations souvent très optimistes généralement reprises par copié-collé dans les articles "d'information" grand public ou sur les forums. Ne nous le cachons pas l'industrie de ces produits de compléments pour la santé est puissante, et son but est avant tout de vendre


On va donc chercher l'information à sa source, directement dans les études scientifiques elles-mêmes : tous ces effets seront donc soigneusement sourcés. Ça va être "un peu" technique, mais j'ai essayé de vous épargner le plus compliqué.


1°) Action anti-inflammatoire (réaction de l'organisme face à une agression : infection, lésion... causant une réaction : rougeur , douleur, enflement etc.). Il n'existe pas à ce jour de publication scientifique de l'EPP sur ce sujet. Ce qu'on en sait résulte des études sur la vitamine C et les citroflavonoïdes, composants de l'EPP. La vitamine C est un agent anti-inflammatoire connu diminuant l'intensité de la douleur perçue et inhibant certains marqueurs inflammatoires sur des poussins. Les citroflavonoïdes ont aussi une activité anti-inflammatoire reconnue qui permettent de justifier cet effet de l'EPP en cas d'inflammation.

Étude Chao-2010 / Etude Yasui-2010 / Étude Permender-2009 / Étude Guradia-2091 / Étude Tsai-2012 / Étude Bodet-2008 / Étude Yilma-2013 / Étude Shi-2009


2°) Action anti-microbienne (qui tue les microbes : ceci incluant : bactéries, levures, protozoaires et virus).  Activité antibactérienne et antifongique à large spectre démontrée sur les Salmonelles (Salmonellose), Listeria, bactéries E. Coli,  Staphilocoques (certaines infections digestives et pododermatites), Pseudomonas (pseudomoniose) et les levures Candida (candidose) et Saccharomyces (levures de bière).

Etude svetnic-knezevic-2004 / Etude Sharamon-1997 / Etude Krajewska-Kulak-2001 / Etude Bernatoniene-2013


3°) Action Antivirale : Les études sont plus éparses à ce sujet. Il a été démontré que certaines préparations d'EPP étaient efficaces contre l'influenza (grippe aviaire) et inhiberait l'activité de certains virus (hépatite C). Toutes les souches de virus n'ont pas été étudiées, il convient d'être prudent même si ces études mettent en évidence l'action de l'EPP pour tuer ou inhiber certains micro-organismes.

Etude Bio/chem-1993 / Etude Nahmias-2008


4°) Action antifongique : les principaux champignons de la poule provoquent des maladies telles que le muguet ou la candidose chez la poule (et chez l'Homme). L'activité anti-microbienne de l'EPP ayant été démontrée, ce produit a donc des effets connus sur certains champignons, et présumés sur les candidoses (même si aucune étude spécifique n'a été menée).

Etude Ripert-2013 / Etude Sharamon-1997 / Etude Cvetnic-2004 / Etude Bernatoniene-2013 / Etude Krajewska-Kulak-2001 / Etude Lefief-Delcourt-2009


5°) Action Antibiotique : en tant qu'agent luttant contre les bactéries ou en ralentissant la croissance, l'EPP possède une action anti-microbienne avérée, et a donc une action antibiotique. Pour autant il n'est pas un "médicament" antibiotique. Prenons un exemple : Si vous avez une lésion et que vous voulez limiter le risque qu'elle s'infecte, l'EPP jouera ce rôle : il pourra détruire des bactéries et éviter l'infection. En revanche si votre lésion est déjà infectée par ces bactéries, mieux vaudra utiliser un traitement antibiotique ciblant cette bactérie. Vous ne trouverez aucune étude scientifique publiée à ce jour (07/2023) indiquant le traitement d'une pathologie bactérienne installée à l'aide d'EPP.


6°) Action antioxydante : agit sur les radicaux libres agissant sur la défense anti-microbienne de l'organisme. Ces radicaux libres sont dits "oxydés" lorsqu'ils ont subi une transformation et deviennent des éléments nocifs ou perturbateurs de l'organisme. Les études scientifiques démontrent un réel effet anti-oxydant de l'EPP (diminution du stress oxydatif), ainsi que les effets antioxydants de la vitamine C et des citroflavonoïdes constituants de l'EPP.

Étude Giamperi-2004 / Étude Saalu-2007 / Étude Padayatty-2003 / Étude Oseicki-2010 / Étude Pietta-2000 / Étude Frei-2009 / Étude Prochaskova-2011 / Étude Alam 2014 / Étude Russo-2000


) Action immunitaire : Il est difficile d'estimer les effets réels de l'activité immuno-stimulante, celle-ci variant selon chaque individu, et évoluant au cours de la vie d'un même individu. Néanmoins il a été remarqué que lors de la prise d'EPP, la teneur en marqueurs avait augmenté. Cet effet étant attribué en partie à l'EPP (en en particulier aux citroflavonoïdes) et à la vitamine C que l'EPP contient, et qui a elle-même un effet sur la réponse immunitaire sur certaines maladies. Il a également été prouvé que les citroflavonoïdes de l'EPP amélioraient l'immunité des volailles d'environ 15%.

Étude Rusinek-Prystupa- 2014 / Étude Banic-1982 / Étude Van straten-2002 / Étude Sasazuki-2006 / Étude Kamboh 2016) / Étude Lee-2011 / Étude Nair-2002 / Étude Jung-2012.


8°) Action antiparasitaire : les études menées sur les parasites internes ne concernent aucune variété d'espèces rencontrées chez les poules  Sur les parasites observés on peut présumer d'une action possible, mais non démontrée. L'EPP pourrait éventuellement servir à titre préventif antiparasitaire, mais ses interactions avec les médicaments invitent à privilégier l'usage de plantes ou de vermifuges chimiques pour cet usage.


9°) Usage vétérinaire de l'EPP. L'utilisation spécifique de l'EPP sur des animaux a été étudiée en tant que telle et a fait l'objet de publications. L'intérêt de l'EPP étant d'éviter l'usage de médicaments chimiques posant des problèmes de commercialisation de viande ou d'œufs.


Il est néanmoins indiqué que l'EPP demeure un complément alimentaire pouvant être utilisé à titre préventif mais qu'en cas de pathologie, il est recommandé de recourir aux traitements spécifiques appropriés, qu'il s'agisse d'antibiotique ou d'autres médicaments.

Étude Sachs-1997 /Étude Sharamon-1997


_______________________________________

On ne peut qu'être impressionné par cette avalanche de qualités. L'EPP remplit quasiment toutes ses promesses même au regard des études multiples et continues dont il fait l'objet.

_______________________________________

  

4. Les problèmes liés au produit.

Après avoir jugé de ses qualités, voyons un peu ses défauts, découlant tout simplement des caractéristiques du produit :


1°) l'EPP même conservé au frigo se périme très vite après ouverture. Ce délai est limitée en raison la volatilité des substances actives du produit est de 20 jours. En fait, sa réelle durée de vie, autrement-dit, le temps pendant lequel il conserve réellement ses substances actives ne figure nulle part.


Si on se base sur la conservation classique de la pharmacopée, les substances actives commencent à décroître à partir du double de la durée fixée par le fabriquant. Ici on serait sur une durée de l'ordre de 2 mois après ouverture, soyons très optimistes... 4 mois.


Après 4 mois, dans le meilleur des cas, votre flacon ouvert ne contient plus grand chose d'autre que du jus de pépins oxydés sans aucun effet.


Sachant que tous les tests sont effectués sur un EPP tout neuf utilisé dès l'ouverture, je doute très fortement de l'efficacité de l'EPP des flacons qui traînent chez la plupart d'entre nous depuis bien plus longtemps que ça.


2°) Les flacons d'EPP sont des conditionnements de 50ml prévus pour un humain : dosage 40/45 gouttes en cure d'une 1 semaine, soit 14 ml. Pour 3 personnes on est bien dans un conditionnement dimensionné pour durer un mois.


Mais pour une poule... si on utilise 2 gouttes par poule pendant une semaine le besoin est de l'ordre de 14 gouttes soit 0.7ml. Un conditionnement adapté serait de l'ordre de 5 à 10ml pour une dizaine de poules. Vous n'utiliserez donc que 20% de votre flacon avant péremption... dans le meilleur des cas. Ce n'est pas vraiment un défaut, mais 80% de perte, ça augmente considérablement le prix du litre.


3°) Aucune étude n'indique combien de temps l'EPP persiste dans l'organisme humain, et encore moins d'une poule (en terme technique on parlera de sa "demie-vie") après une cure d'une semaine ou d'un mois. On va être optimiste et présumer qu'il "disparaît" au bout de 24/48h. Rien n'indique que le risque d'interaction ne soit pas plus long, il n'existe aucune étude à ce sujet. On se trouve donc face à un problème de taille : si une poule à qui on donne de l'EPP doit être mise sous traitement quel sera le délai de carence à prévoir pour éviter un problème d'interaction ? 


4°) L'EPP est totalement incompatible avec une très grande liste de médicaments étudiés, et probablement avec une liste encore plus grande de médicaments non étudiés. Considérez donc que tous les médicaments sur le marché sont incompatibles.


Dans de nombreux cas d'interaction, le risque, voire le danger du produit est réel, car les poules sont assez fréquemment sujettes à des traitements médicamenteux réguliers, à titre préventif ou curatif.


Vous noterez également qu'EPP et levure de bière ou kéfir sont totalement incompatibles : l'EPP agissant spécifiquement pour tuer les bactéries actives de la levure.



4. Vrais ou faux au regard des études :


L'EPP protège de la coccidiose : impossible à dire, on présume qu'il a un effet, mais je n'ai trouvé aucune étude à ce sujet. Ses propriétés anti-microbiennes le laissent à penser. Est-ce à usage strictement préventif ? Est-ce efficace à titre curatif ? Avec quelle posologie ? Difficile d'utiliser un produit pour une maladie aussi grave sans autre certitude que ce vague sentiment qu'il "protégerait" de cette maladie.


L'EPP protège la poule des parasites. FAUX. L'EPP protège de certains parasites, mais comme on l'a vu plus haut ceux qui sont cités dans les études ne concernent pas les poules. On ne peut donc pas dire que c'est un vermifuge  et encore moins si c'est préventif, curatif et dans quelles posologies.


L'EPP de "bonne qualité" ne présente pas d’effets secondaires: FAUX  il présente au contraire le risque potentiel de tous les effets secondaires de tous les médicaments dès qu'il est en interaction. C'est ce qu'on appelle une très fâcheuse contre-indication.


L'EPP "fait mieux qu’un antibiotique de synthèse" : Cette affirmation répétée dans tous les articles promotionnels ne veut rien dire. Le fait qu'il agisse sur "800 types de bactéries, de virus et une centaine de champignons" ne signifie pas qu'il fait mieux, juste qu'il a un spectre plus large.

Rien n'indique nulle part qu'il soigne, réduit  ou limite le nombre ou l'activité de telle souche de bactéries plus que tel ou tel autre antibiotique médicamenteux. C'est bien là tout le problème, on connaît la largeur de son spectre mais pas forcément son efficacité réelle sur chaque bactérie, par manque d'études spécifiques.


Les effets de l'EPP sur la santé humaine n'ont jamais été vraiment étudiés : VRAI et FAUX : ils ont été étudiés sur certains aspects mais pas, et de loin, sur tous. Ils n'ont pas fait non plus l'objet d'expérimentations à grande échelle ou sur de très longues durées comme on le fait pour un médicament puisque ce n'est pas un médicament.


L'EPP est un poison pour les poules car les pamplemousses et les agrumes sont interdits dans leur alimentation : FAUX , les agrumes ne sont pas des poisons pour les poules, ils limitent leur production d'œufs en raison de l'acidité et de la composition de leur peau et de leur chair. Le pépin du pamplemousse ou son extrait ne sont donc pas des "poisons"



5. Allégations commerciales :

Dans la plupart des informations à vocations commerciales acompagnant l'EPP, vous trouverez les termes "antibiotique à large spectre", "produit naturel", une liste des maladies "soignées par l'EPP ainsi que la teneur du produit en "bio-flavonoïdes". (Thèse sur le sujet)


L'EPP a "une action antibiotique qui agit sur un large spectre", ce n'est pas pour autant un "antibiotique à large spectre" tel qu'on se le verra prescrire en cas de maladie grave : il n'est ni classé dans la liste des médicaments, ni réglementé comme un antibiotique.


La teneur en "flavonoïdes" (principal principe actif de l'EPP) part du même principe. Les citro-flavonoïdes contenus naturellement dans le pamplemousse naturel sont... naturels, on peut donc les qualifier de "bio-flavonoïdes". Pour autant l'EPP que vous achetez n'est pas forcément bio, et les flavonoïdes peuvent avoir été ajoutés (sans pour autant être naturels) pour augmenter son indice, en ajoutant la mention "bio" pour en faire un argument commercial.


Cet indice de 200mg, 400mg, 1200mg de "flavonoïdes" pour 100ml est lui aussi un argument commercial. Il est en réalité quasiment impossible de dépasser 400mg dans la fabrication naturelle d'un EPP. Celui-ci contiendra alors un maximum de 20% de pépins de pamplemousse et 80% de diluant.


Pour arriver à des valeurs aussi importantes que 1200mg les fabricants n'ajoutent pas des flavonoïdes, ils changent la méthode de mesure. Un EPP mesuré par une méthode de test UV donnera 3 fois plus de flavonoïdes que par une méthode précise utilisant la chromatographie (aussi appelée CLHP ou HLPC). Un EPP titrant 1200mg pour 100ml ne peut être qu'un produit qui en contient réellement 400mg (le maximum) mais mesuré avec une méthode UV, bien plus "avantageuse". Pour obtenir du 2000mg... vous l'aurez compris, on ajoute des ingrédients artificiels ET on utilise la méthode UV.



6. Quel produit choisir ?

 


7. Conclusion :

Alors que retenir de tout cela ?


1°) L'EPP est un excellent complément alimentaire à très large spectre et aux effets avérés dans presque tous les domaines, qui peut être utilisé à titre préventif ou même curatif pour des débuts de maladie ou de petites lésions peu ou pas infectées. Il peut s'utiliser en interne (ingestion) et même parfois en externe (application cutanée).


2°) Dès que la maladie sera déclarée, qu'elle s'aggrave, ou si la maladie est déjà sévère, ne donnez pas ou arrêtez immédiatement l'EPP. Si l'animal en prenait déjà régulièrement, attendez au moins 24h pour commencer un traitement médicamenteux.


3°) Choisissez TRÈS méticuleusement votre produit en lisant toute la notice est les caractéristiques. Tout est volontairement fait pour porter à confusion et vous induire en erreur.


4°) N'utilisez qu'un produit neuf si vous voulez qu'il ait des effets. Ceci implique que vous devez en avoir une bouteille non ouverte d'avance au frigo en cas de nécessité. Périmé, il ne servira à rien. Dès qu'il est ouvert, profitez-en pour faire une cure d'EPP pour toute votre famille, sinon il sera perdu.


5°) Si vous n'avez AUCUN autre moyen d'avoir un véritable médicament antibiotique, mais que vous en avez impérativement besoin, ce sera une solution À LA SEULE CONDITION qu'il soit neuf et que ce soit un EPP de qualité. N'espérez pas un résultat miracle, ça ne sera qu'une alternative.


5°) En utilisant de l'EPP, vous DEVEZ RENONCER à utiliser tout autre produit : médicament, levure de bière, kéfir, graines fermentées. C'est non seulement inutile mais dangereux.


6°) Pour les petits bobos, les petites maladies, en traitements préventifs sur l'année, l'usage de plantes, d'huiles essentielles, de tisanes, de produits macrobiotiques sera économiquement bien plus intéressant, moins dangereux et vous aurez souvent des résultats tout aussi comparables en les utilisant et en les combinant.


________________________________________

Voir aussi en complément de cet article :

la nutrition des poules

Les vertus de l'ail

Les huiles essentielles

Plantes sauvages et du jardin

Cultiver pour les poules

Les pâtées nutritionnelles

Le kéfir pour les poules

> retour au menu des articles


_____________________________________

Crédits :

Auteur : JT - Plumage.




À propos de l'auteur