Navigation


 Vos Articles Animaliers


 Retour au forum

Plumage    

Vitamine C

Admin | Publié le mar 8 Aoû 2023 - 13:06 | 1638 Vues

Chacun le sait, les vitamines jouent un rôle essentiel sur la santé des poules.


Ces vitamines sont absorbées dans l’alimentation et stockées dans l’organisme pour répondre à des besoins spécifiques.


La vitamine A pour la croissance, la vitamine D pour réguler la métabolisation du calcaire osseux, les coquilles d’œufs ou l’acidité gastrique, la vitamine E, agit sur le système immunitaire, la vitamine K sert pour la coagulation du sang et l'équilibre de la flore digestive.


Les vitamines B, B1, B2, B3... interviennent dans la régulation de l’énergie et le fonctionnement du système nerveux. Elle ne peuvent être stockées dans l’organisme, leur apport continu est donc pourvu par une alimentation équilibrée. On en trouve dans beaucoup de végétaux mais aussi dans le kéfir et la levure de bière.


La vitamine C a des fonctions multiples, notamment dans l’absorption des aliments, la régulation de l’eau dans le corps et la gestion du stress.


____________________________________

1. Les besoins en vitamine C.


Nos besoins humains sont de l’ordre de 110 mg par jour, ce qui correspond à une orange d'environ 200g (47 mg  de vit. C pour 100g). Au passage, pour ceux qui consomment des oranges « en cachet », la teneur de 1000mg ou 2000mg, n’a aucune utilité, une fois vos besoins couverts, ils perturberont juste l’équilibre de votre organisme.


Les besoins d’une poule sont de 30 à 60 mg par jour. En théorie, ces besoins sont comblés par une alimentation naturelle en végétaux et grâce à la capacité de la poule à pouvoir bio-synthètiser de la vitamine C, si elle est en bonne santé. Autrement dit, elle peut "fabriquer" elle-même cette vitamine.


Il est toujours préférable de veiller à ce que les poulettes disposent d'une alimentation saine et équilibrée : pâtée nutritionnelle, salade de végétaux en y ajoutant de temps en temps des plantes qui compléteront leurs besoins : orties, thym, pimprenelle, persil.


____________________________________

2. Où se trouve la vitamine C  ?

Comme on l’a vu plus haut, notre point de référence est de 47mg/100g pour une orange. Les poules ne mangeant pas d’agrumes, il sera préférable de leur apporter de la vitamine C naturelle dans l’alimentation par d’autres moyens, mais elle n’y perdront pas au change :


____________________________________

3. Le stress oxydatif et le système immunitaire

Ce stress oxydatif est lié à l’activité des « radicaux libres ». Il s'agit de petites molécules instables détruisant les cellules de notre organisme mais s'attaquant aussi aux virus et aux bactéries. Des molécules qui peuvent donc être bien utiles... mais qui, en excès, sont bien entendu très néfastes.


Les antioxydants font office de protecteurs. Ils neutralisent ces radicaux libres avant qu’ils ne s’attaquent à nos cellules.

Vous l’avez compris, un organisme manquant d’antioxydants ou ayant trop de radicaux libres voit ses cellules attaquées de toute part, provoquant : fatigue, problèmes circulatoires et articulaires, un vieillissement accéléré de la peau, des organes, de la vision ainsi que des cancers, des maladies cardio-vasculaires, et neurodégénératives.

Ce déséquilibre est appelé : le stress oxydatif.


Un organisme « équilibré » conserve une petite proportion de radicaux libres, juste assez pour le protéger, en détruisant virus et bactéries, mais pas en excès, pour ne pas trop endommager nos propres cellules.


Comprendre ce fonctionnement est essentiel pour anticiper, prévenir et lutter contre les maladies.

Les productions de radicaux libres augmentent avec : la prise de médicaments, une alimentation déséquilibrée, le stress, la pollution, la qualité de l’eau et diminue avec une alimentation et de l’eau saine et… une alimentation riche en vitamines C, A, E, minéraux (Zinc, sélénium), flavonoïdes (légumes frais) et en antioxydants.


La qualité de l’alimentation et la vitamine C, sont donc déterminants pour lutter contre ce stress oxydatif et pour améliorer la réponse immunitaire et la santé de vos poules.

____________________________________

4. Le stress thermique.


La poule supporte bien les températures basses et même négatives jusqu'à -15°, mais très mal la chaleur (Source : recherche appliquée sur le stress thermique ). Je vous ai donc fait un petit dessin pour voir comment se manifeste ce stress thermique :


Les dosages d'apport en vitamine C supplémentaire préconisés en cas de stress thermique intense (au dessus de 25°) sont de 30 à 75mg de vitamine C par individu. Il s'agit de la dose de vitamine à ajouter en plus de l'alimentation habituelle ou de ce qu'elle est capable de synthétiser seule, car ses besoins seront bien supérieurs à la normale. (Source :  Étude Shakeri - 2020)


Exemple concret en période de température élevée ou intense (si possible dès 26°, impérativement dès 30-35° ou plus). Pour 4 poules, qui boiront approximativement 400 à 500ml chacune, soit au total : 2 litres par jour, ajouter 250mg de vitamine C.


Pendant un stress thermique intense, les poules vont réduire au maximum leur activité : déplacement, alimentation, station debout, pour se concentrer uniquement à ce qui peut les rafraîchir : halètement, soif et distribution sanguine périphérique (peau, tête...).

Ce rôle de la circulation sanguine sera primordial. Pour lutter contre la chaleur à la surface de leur corps, elle vont "sacrifier" l'irrigation de leurs organes internes ; sacrifice qui pourra aller jusqu'à l'hypoxie : un arrêt de l'oxygénation des organes, faute de circulation sanguine, qui causera inévitablement la mort.

Vous pourrez soulager cette circulation sanguine en administrant 2.5g de bicarbonate alimentaire par litre d'eau de boisson  pour "fluidifier" le sang, et si possible mettre temporairement les poules dans un endroit frais pour leur permettre  de refroidir leur organisme.


____________________________________

5. Autres propriétés de la vitamine C


* Gestion du stress environnemental : la vitamine C est un élément clé de la gestion des différents stress pouvant affecter les poules qui subissent : les agressions sonores (Routes, sirènes, cris, aboiements...), les situations anxiogènes (introduction de nouvelles poules, proximité d'animaux ou de prédateurs, transports, mouvements brusques, changements dans leur routine quotidienne ..) et les stress vitaux (manque d'eau et de nourriture, blessures, maladie ..). De nombreuses études ont pu démontrer, facteur par facteur, l'efficacité de la vitamine C avec une légère supplémentation de l'ordre de 20 à 40mg/ animal et par jour. (source)


* Ponte et qualité des œufs : il a été démontré que la vitamine C améliore le taux de ponte, et pour les pondeuses vieillissantes, d'augmenter la qualité de la coquille. (source)


* L'action anti-inflammatoire a également été démontrée en même temps que l'action immuno-stimulante sur les poules (source)


*Amélioration de l’hydratation et de la digestion : par nature, les propriétés de l’acide ascorbique sont d’améliorer l’absorption et la digestion de l’alimentation et de l’eau. Mieux assimilés, la poule profitera davantage des nutriments et sera mieux hydratée.


* Cicatrisation des plaies : grâce à des recherches sur le scorbut (causé par un déficit de vitamine C et provoquant une mauvaise cicatrisation des plaies), des recherches ont été menées pour comprendre ce mécanisme. Il a pu être démontré que la vitamine C améliore la réparation de la peau endommagée, qu'elle stimule la réparation de l'ADN, et favorise la cicatrisation de plaies et de brûlures, en association avec d'autres éléments nutritifs comme le zinc et la vitamine E. (Études : Geesin 1988 - Phillips 1994 - Ponec 1997 - Davidson 1997 -  Shukla 1997 - Savini 2002 - Boyce 2002 - Desneves 2005 - Ellinger 2009 - Duarte 2009)


* La lutte contre les bactéries : Une étude démontre les effets bénéfiques de la vitamine C contre les Salmonelles.

Un certain nombre d'études ont tenté de comprendre si la vitamine C améliorait la résistance aux infections, grâce à des réactions chimiques complexes en rapport avec l'action des radicaux libre évoqués précédemment mais sans succès. (Étude Sakagami 1997 - Étude  Shuklaet 1997 - Hallberg 2007 -  Étude Mühlhöfer 2004)


Ces travaux sur cette vitamine sont aussi menés sur d'autres animaux et l'Homme avec des résultats intéressants. L'action de la vitamine C ne se limiterait pas aux salmonelles.  Elle serait aussi valable sur d'autres bactéries, mais plus encore : selon les toutes dernières études, on aurait constaté une action "anti-microbienne, quasi antibiotique" (source)


Tous les effets complexes de cette vitamine sont encore difficiles à cerner. Le contexte est aussi favorable à ces recherches poussées, car il devient de plus en plus évident que les résistances des bactéries aux antibiotiques s'accroissent avec pour perspective une nécessité de trouver des alternatives.


______________________________________

Conclusion :

Comme on a pu le voir, l'alimentation est un facteur essentiel de santé chez les poules. Il ne s'agit pas seulement de les nourrir, mais de comprendre les mécanismes nutritionnels qui vont favoriser ses défenses naturelles.


Correctement nourrie, et donc en mesurant précisément ses besoins, les poules vont synthétiser naturellement cette vitamine et développer ce processus d'anti-oxydation.


Une consommation mesurée de vitamine C naturelle sera très largement bénéfique tout au long de la vie de la poule par des apports réguliers, en salades de plantes ou dans une pâtée, en y ajoutant orties, thym, pissenlit, feuilles de choux vert, ou persil sous la forme de plantes fraîches.


En plus de stimuler les défenses immunitaires contre les virus et les bactéries, ces plantes réguleront son organisme, favoriseront son hydratation, amélioreront son bien-être, stimuleront la ponte, réduiront les effets de l’âge et les risques de pathologies lourdes comme le cancer et les maladies cardio-vasculaires.


____________________________________

Crédits :

Auteur : JT-plumages

> retour au menu des articles

À propos de l'auteur