Navigation


 Vos Articles Animaliers


 Retour au forum

Plumage    

# Symptômes : tête enflée

Admin | Publié le dim 6 Aoû 2023 - 19:59 | 1503 Vues

Les gonflements de la tête, des barbillons ou des yeux, qu'ils soient localisés ou généralisés sont des signes très alarmants d'une pathologie, généralement lourde et sévère.

Avant de vous inquiéter d'une manifestation de cette nature il peut être utile de vérifier que la poule présente des signes évidents de maladie, et donc d'autres symptômes qui permettront de l'identifier.


________________________________________


Certaines causes de ces inflammations peuvent être mineures :


* des chocs ou des blessures causés par un autre animal, par un prédateur ou même l'environnement de la poule et causant un œdème. Quelles que soient leurs gravités vous devrez toujours traiter ces blessures avec sérieux : désinfection, et si possible 1 goutte d'huile essentielle de tea tree (sauf si le plaie se situe près des yeux), ou à défaut aluspray (en protègeant toujours les yeux, les narrines et le bec). Une égratignure superficielle peut se transformer en plaie infectée. (voir aussi huiles essentielles)


* Une piqûre de tique sera assez facile à traîter et très bénigne, en retirant soigneusement la tique sans l'arracher, avec un tire-tique sans presser l'abdomen de l'insecte. La poule ne risque pas, en principe, de contracter de maladie de Lyme, mais une infection peut résulter de l'extraction de la tique. Une piqûre peut également avoir été causée par une guêpe, un frelon... Si elle n'est pas située près des yeux, une goutte d'huile essentielle de lavande aspic soulagera et calmera l'inflammation.


* La gale : le plus souvent appelée a juste titre gale des pattes, est causée par des acariens s'attaquant aux écailles des poules, mais peuvent parfois viser des parties de la tête et causer des gonflements. Les premiers soins consisteront à appliquer une graisse (vaseline) ou une huile essentielle pour étouffer et détruire ces acariens.  L'huile de cade des Cevennes peut être efficace, mais reste à éviter à coté des parties sensibles de la tête : yeux, narines, bec, oreilles.


* La carence en vitamine A peut provoquer des gonflements peri-orbitaires (tout autour de l'œil) avec une quasi dépigmentation de la zone qui va avoir un aspect blanchâtre. Voir aussi : plantes sauvages et plantes du jardin pour supplémenter vos poules en vitamine A.


* L'empoisonnement, ou des réactions allergiques sévères peuvent aussi avoir des conséquences imprévisibles et dans certains cas occasionner ce genre d'œdèmes de la face qui disparaîtront progressivement à mesure que la réaction diminuera. Les premiers réflexes suite à un empoisonnement sont l'ingestion immédiate de charbon actif, où à défaut de charbon de bois broyé (moins efficace et beaucoup plus difficile à administrer).


________________________________________

PATHOLOGIES


Dans tous les autres cas, l'isolement de la poule devra être immédiat avant de tenter de déterminer la cause de ces "gonflements de la tête" : couchage séparé, nourriture séparée, distance au minimum 1 à 2 mètres des autres poules et mesures d'hygiène strictes après chaque entrée et contact avec cet animal.

Les dix pathologies décrites ci-dessous présentent toutes ces manifestations de "gonflements" et sont susceptibles d'être en cause. Elle sont  potentiellement contagieuses et mortelles surtout si elles elles présentent des signes d'infection respiratoire.


Les risques de confusion de ces différentes maladies aux symptômes parfois très proches, sont élevés ; la consultation d'un vétérinaire est donc vivement conseillée pour obtenir un diagnostique précis, le plus souvent déterminé par analyses.

________________________________________

1. La mycoplasmose (bactérienne) peut entraîner sinusites ou conjonctivites présentant des gonflements localisés sur la tête, comme des "ganglions", ainsi que des projections ou un écoulement nasal important. Elle peut être co-infectieuse avec la maladie de Newcastle et provoquer alors un gonflement et des difformités sur toute la tête.


Symptômes : toux, secouage de la tête, râles, halètement, écoulement des yeux, écoulement nasal, gonflement de la tête et/ou des caroncules, diarrhée générale, prostration. Râles trachéaux, dyspnée (respiration difficile et bruyante), sinusite, expectorations, animaux prostrés restant le bec ouvert. Nota : le coryza est l’une des forme de la mycoplasmose, leur différentiation peut être faite par analyse.


________________________________________

2. Les Bronchites infectieuses - BSI (coronavirus) sont statistiquement seconde cause d'infection respiratoire chez la poule. Beaucoup d'oiseaux sauvages en sont porteurs tout en ayant développé une résistance à la maladie. Un vaccin existe et en limite les effets. Il existe également un traitement antibiotique. Les soins à base de plantes ou d'huiles essentielles peuvent être également très efficaces dans certains cas. Hautement contagieux et potentiellement mortel. Les oiseaux contaminés doivent bien entendu être isolés.

Symptômes. Premiers symptômes : diminution de l'alimentation et de l'abreuvement, baisse de la ponte et problèmes respiratoires, puis symptômes variables : faiblesse, recherche de chaleur, toux, éternuements, perte d’appétit, râles, difficultés respiratoires (ouvre le bec et cherche de l’air), halètements, écoulement des yeux, écoulement des narines, réduction de la production d'œufs, production d'œufs à coquille mince ou déformés. Peuvent évoluer en surinfection bactérienne ou fongique.


________________________________________

3. Le coryza infectieux (bactérie Avibacterium paragallinarum) se manifeste le plus souvent par une tête et une crête enflée. Ceci peut entraîner la fermeture des yeux et des écoulements des yeux et des narines. D'autres symptômes incluent une perte d'appétit, des problèmes respiratoires, de l'humidité sous les ailes et un arrêt de la ponte. Il existe un vaccin et un traitement antibiotique contre le coryza infectieux, mais le résultat n'est jamais garanti. Les chances de succès peuvent être améliorées par l'usage de plantes et d'huiles essentielles en parallèle, un diagnostique précoce, et un traitement rapide. La maladie est bien entendu hautement contagieuse et mortelle.


Symptômes : Toux, secouage de la tête, râles, écoulement des yeux, écoulement des narines,  jetage nasal, gonflement de la tête et/ou des caroncules, œdèmes de la face, gonflement des yeux et entre les yeux, diarrhée générale, conjonctivite. Assez rare. A ne pas confondre avec un "simple" rhume souvent appelé le « Coryza ».


________________________________________

4. Laryngotracheite infectieuse (LTI) :  (virale) ne provoque pas a proprement parler de gonflement inflammatoire de la tête mais une conjonctivite importante qui peut donner cette apparence : yeux et paupières gonflés.


Symptômes variables localisés sur la trachée : difficultés respiratoires, toux, secouage de la tête, râles, halètement, écoulement des yeux, écoulement des narines, gonflement de la tête et/ou des caroncules, diarrhée générale, conjonctivite, prostration, étirement du cou. Forme sévère : expectoration de sang. Ne peut être distingué des pathologies respiratoires proches Influenza, Newcastle, bronchite infectieuse, mycoplasmose, que par analyse. Si elle n'est pas traitée, il peut y avoir une accumulation de mucus causant de graves problèmes respiratoires.


________________________________________

5. La maladie de Newcastle (virale) est une infection virale contagieuse qui endommage les systèmes nerveux, respiratoire et digestif. Elle est extrêmement contagieuse et peut même dans de cas rares, se transmettre à l'Homme avec des symptômes sans gravité. Son taux de mortalité avoisine les 100%. Il n'existe aucun traitement pour la maladie de Newcastle et les poussins qui la contractent ne survivent pas, cependant, les oiseaux plus âgés peuvent très bien récupérer.


Symptômes : toux, secouage de la tête, râles, halètement, écoulement des yeux, écoulement nasal, gonflement de la tête et/ou des caroncules, décoloration bleu-violet de la tête, diarrhée générale, diarrhée aqueuse verte, torsion de la tête et du cou (torticolis), conjonctivite (yeux rouges), prostration, yeux enflés, regard trouble, apathie. Parfois selon les souches, dyspnée (Respiration sifflante  bruyante et difficile), paralysie, convulsions nerveuses, respiration accélérée. Peut être confondu avec la grippe aviaire.


________________________________________

6. La grippe aviaire ou Influenza (virale) est hautement contagieuse et souvent mortelle. Elle peut dans des cas rares se transmettre à l'homme mais elle est sans danger pour nous. La maladie peut être totalement asymptomatique : certains oiseaux peuvent même mourir sans montrer aucun autre symptôme. Comme le choléra aviaire, il n'existe aucun traitement contre la grippe aviaire, et même les oiseaux survivants continuent à être porteurs de la maladie. Seule la prévention, l'hygiène du poulailler et les filets de protection peuvent vous en prémunir.


Symptômes : arrêt de la ponte difficultés respiratoires, problèmes digestifs ou nerveux, toux, râles, gonflement de la tête et/ou des caroncules, décoloration (tâches sombres) bleu-violet de la tête, diarrhée générale, tâches rouges ou blanches sur les pattes et la crête, conjonctivite, mort subite. Parfois : oiseau ébouriffé, crête enflée et fièvre.


________________________________________

7. La metapneumose (virale) Le symptôme le plus évident apparaît, le plus souvent chez de jeunes oiseaux, avec le “gonflement de la tête”, œdème inflammatoire qui affecte les paupières, la région périoculaire, les sinus infra-orbitaires, voire la mandibule inférieure ou la nuque. Elle s'assortit souvent d' infections secondaires (Bronchite infectieuse, E.coli..). Il n'existe aucun traitement contre la metapneumose, mais des antibiotiques pourront en réduire les symptômes. Son taux de mortalité est élevé. La transmission se fait très facilement d'oiseau à oiseau mais aussi fréquemment d'éleveur à oiseau ou avec du matériel contaminé, par simple contact.


Symptômes  Déformation de la paupière translucide, râles, conjonctivite mousseuse, écoulement nasal et oculaire, puis enflement évident de la tête, gonflement des paupières, œdème généralisé. Parfois, en plus : somnolence, perte d’équilibre, torticolis, chute de ponte.


________________________________________

8. Le Cholera aviaire chronique (bactérien) touche plus particulièrement les sujets âgés, il va provoquer des inflammation au niveau des sinus, au dessus des yeux ou dans la zone située entre les narines et les yeux ou peut se manifester par des barbillons enflés, remplis de pus caséeux fibrineux. Il n'existe aucun remède contre le choléra aviaire. Même si une poule guérit, elle est toujours porteuse de la maladie et contaminera le reste de l'élevage. Cependant, il existe un vaccin contre le choléra aviaire qui peut empêcher vos poules de le contracter.


Symptômes Tête assombrie, tête et caroncules enflées, paralysie, réduction de la production d'œufs, hyperthermie, fièvre, diarrhée abondante et fétide verdâtre, soif permanente, prostration, somnolence, jetage mucus nasal, oculaire et buccal, cyanose de la peau (coloration bleue), inflammation locale de la peau. Parfois : tremblements. Mortalité élevée, très contagieux.


________________________________________

9. La variole aviaire, forme cutanée (virale) va provoquer des gonflements très caractéristique : lésions gonflées sur la tête, parfois les pattes ou le corps, de couleur blanche, noires, bleu sombre violacées foncé. Elle peut aussi être la porte d'entrée de conjonctivites avec sur-infections bacteriennes (E-coli, staphylocoques...). Les blessures sont alors gonflées et d'apparence purulentes, jaunes, au niveau et autour des yeux. La maladie peut aussi provoquer des ulcères dans les muqueuses du bec entraînant des problèmes respiratoires ce qui seront la cause principale de sa mort. La maladie peut être vaccinée, parfois soignée, et de temps en temps des rémissions spontanées se produisent.


Symptômes toux, râles, halètement, écoulement des yeux, Forme cutanée : Lésions de la crête, des barbillons, commissures du bec, pattes, cloaque, ventre, parfois deplumante, Forme diphtérique (humide) : difficultés respiratoires, asphyxie, conjonctivite (œil fermé avec du mucus jaune), tâches blanchâtres et jaunâtres sur les muqueuses buccales et dans la gorge, fausses membranes (fils dans la gorge). Forme cutanée et diphtérique peuvent cohabiter.


________________________________________

10. L'aspergillose (Fongique) Certaines formes assez rares de cette maladie fongique, la dermatite granulomateuse aspergillaire vont s'accompagner d'un gonflement quasi généralisé de la tête et du cou. La peau peut dans certains cas pâlir et présenter des teintes verdâtres. Elles apparaissent souvent à la suite d'une complication post-vaccinale.


SymptômesHalètement, décoloration bleu-violet de la tête, paralysie, , infection de l’appareil respiratoire profond, ouverture du bec lors de l’inspiration, diarrhée blanchâtre. Plus rarement : signes nerveux, torsion de la tête et du cou (torticolis), gonflement de la tête et du cou. Se développe en milieu humide (litière et poulailler). Résistances antifongiques importantes. Confusion possible avec Trichomonose.


________________________________________

Conclusion


Les maladies présentant ces symptômes sont malheureusement redoutablement mortelles et contagieuses. Beaucoup n'ont aucun traitement, et certaines peuvent même se combiner avec d'autres infections.


La prévention est donc l'élément clé pour les éviter : filets de protection, mangeoires à clapet et abreuvoirs sécurisés à tétine seront des mesures efficaces pour tenir vos poulettes éloignées du risque. Les mesures d'hygiène sont bien entendu indispensables en toute occasion, et il est possible, pour certaines de ces pathologies, de recourir à des vaccins.


________________________________________

Crédits :

Auteur : JT- Plumages

> retour à l'index des articles

> retour au menu des diagnostiques

À propos de l'auteur